17 avr. 2008

Le nid français de Phoenix

Comme cela ne l'a pas échappé aux lecteurs assidus que vous êtes, il m'arrive de vous dire que j'ai rencontré par ci par là un Français. Mais là c'est d'un nid dont je vous parle... Et je laisse de côté les parents de l'école - pas tous français mais souvent des couples mixtes ou des expats - somme toute des personnes en lien avec notre beau pays que je m'attendais à rencontrer. Non là ce sont des tranches - pas tronches ! - de France qui m'arrivent dans des circonstances pittoresques .

Au supermarché : Je parle à Liam et voit un beau jeune-homme qui me regarde. Flattée je me dis qu'une vieille dame se fait encore regarder... Wouah, ça remuscle l'égo ! Et bien non il me demande si je suis française et se présente . il est venu de Lille il y a 4 ans pour des vacances et n'est plus jamais reparti. Il bosse en supermarché mais est très heureux comme cela - il peut se consacrer à sa passion l'ornithologie...

Dans le condo : je passe à côté du monsieur qui nettoie les moquettes, il parle français au téléphone, je ne m'arrête pas mais le lendemain il m'entend parler à croquinou et me dit : " oh la c'est cool de rencontrer une compatriote ". Lui était prof de pongée à la reunion et il est tombé amoureux d'une de ses élèves phoenixienne et maintenant il fait du business en nettoyant les moquettes (ben ouais c'est mort pour la plongée ici )...

Au feu rouge : j'écoute du Zouk - j'ai arrêté la musique naze depuis que je suis en décapotable.
Une dame s'arrête à côté de moi et s'exclame : Oh du zouk ! je suis martiniquaise, à bientôt peut-être...

Au salon de manucure : Le monsieur me demande d'ou je viens - à priori mon accent n'est pas français mais anglais, l'influence de mon chien sûrement - et me dit qu'il a rencontré sa femme française à Pekin et ils sont venus habiter Phoenix après avoir séjourner à Lille et en Belgique...

Chez le coiffeur : je vais pour un rdv et j'explique tant bien que mal ce que je veux - dire un balaiyage, avec deux couleurs mais pas de coupe et surtout pas de couleur c'est trop d'entretien c'est compliqué en anglais on ne l'apprends pas en cours d'anglais et déjà qu'en français on se demande si on s'exprime bien au vu de la tête quand on ressort - Bref j'en suis à sortir mon dico lorsqu'une charmante jeune-femme sort de derrière son paravent et se présente : Séverine et elle va s'occuper de moi. Ouf ! J'en saurai plus sur son parcours après le fameux rdv...

A la terrasse du starbucks ( le frappucino caramel ! ahhhhhhhh à se damner ! ) un monsieur s'arrête et caresse Croque, oh le joli chien me dit-il en français mâtiné d'accent américain, C'est quoi comme breed ? English cocker lui réponds-je en anglais. Mais vous êtes française ! je vous ai entendu parler - moi aussi mais j'ai un peu perdu mon français depuis le temps...
Oh un van-damne ! Et vas y qu'il commence son baratin très dragouillard-franchouillard... Mon amie Belge et moi avons bien ri du personnage ! Fort sympathique au demeurant - mais beaucoup moins que mon cher époux !

Et ainsi de suite : je suis très étonnée de retrouver toutes ces personnes ici au beau milieu de l'arizona. je m'attendais à être une espèce bizarre au milieu de mexicains, mais tous ces français c'est très étrange...

Et comment voulez-vous que je progresse en anglais !

bisous à tous et toutes... Nath

3 commentaires:

Marie a dit…

Je tiens le pari: le prochain que tu vas rencontrer sera savoyard.

Arbre & Matin a dit…

T'as de la chance de rencontrer des français. Nous dans notre bled paumé, y'en a beaucoup moins !
Au fait, totalement d'accord avec toi pour le frapuccino caramel du Starbucks, c'est à tomber par terre !
Matin

Mireille a dit…

Ben oui quelle chance, chez nous aussi le français est plutôt rare et moi qui galère vraiment avec le coiffeur, je t'envie.