2 avr. 2011

Joe Dassin - L'Amerique

Mes amis, je dois m'en aller
Je n'ai plus qu'à jeter mes clés
Car elle m'attend depuis que je suis né
L'Amérique

J'abandonne sur mon chemin
Tant de choses que j'aimais bien
Cela commence par un peu de chagrin
L'Amérique

Mais l'Amérique, l'Amérique, je veux l'avoir et je l'aurai
L'Amérique, l'Amérique, si c'est un rêve, je le saurai
Tous les sifflets de trains, toutes les sirènes de bateaux
M'ont chanté cent fois la chanson de l'Eldorado
De l'Amérique

Mes amis, je vous dis adieu
Je devrais vous pleurer un peu
Pardonnez-moi si je n'ai dans les yeux
Que l'Amérique

Je reviendrai je ne sais pas quand
Cousu d'or et brodé d'argent
Ou sans un sou, mais plus riche qu'avant
De l'Amérique

L'Amérique, l'Amérique, je veux l'avoir et je l'aurai
L'Amérique, l'Amérique, si c'est un rêve, je le saurai
Tous les sifflets de trains, toutes les sirènes de bateaux
M'ont chanté cent fois la chanson de l'Eldorado
De l'Amérique

L'Amérique, l'Amérique, si c'est un rêve, je rêverai
L'Amérique, l'Amérique, si c'est un rêve, je veux rêver

Parce qu'aucun autre pays ne fait ca...  Pourquoi ?
Bises de NathenweekEnd !

Allez chante ! l'ameriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiique...

4 commentaires:

Yibus a dit…

Ah, cette chanson me rappelle de grands souvenirs... Après le pot de départ que j'avais organisé au journal, on se fait un karaoké sur les Champs Elysées... Et avec un très bon pote, on chante, beurrés comme des petits pois, cette chanson de Joe Dassin...
... Devenue par la suite une sorte d'hymne familial entonné avec les trois enfants dans la voiture sur les routes américaines des vacances.

Sinon, pour répondre -quand même- à ta question, eh ben... Parce qu'ils ont toujours su vendre le rêve américain... Très forts en marketing et en mise en scène des possibles...

Laure-anne a dit…

Qu'est-ce que tu nous fais là?....j'ai peur...

ms a dit…

Avec 2 copains étrangers, nous la chantions à tue tête dans la voiture qui nous emmenait à la fac, toutes vitres ouvertes, persuadés à 18 ans que nous êtions en train de la conquérir au fin fond du Texas. Il m'en reste un souvenir attendri quand je l'entends, et le sentiment que j'étais bien naive devant cette vitrine, sans savoir ce qu'il se tramait dans l'arrière boutique ;)) Mais quand même, on y croyait dur comme fer ;))

Jack et Nath. a dit…

ben, le Canada peut aussi compter sur le rêve des grands espaces, parfois un leurre, parce qu’inaccessibles!