24 mai 2008

Difference culturelle

A Story,

In ancient times, so the story goes, a king had a huge boulder placed on an often traveled road. He then hid and watched to see if anyone would take the time and effort to remove it.

The biggest merchants in the kingdom traveled the road, came to the boulder, and simply went around it. Many criticized the king for not keeping the roads clear, but none made any attempt to move the boulder out of the way.

Eventually, a farmer came along carrying a load of vegetables on his back. When he came to the boulder, he laid down his load and began trying to move it to the side of the road.

After much pushing and straining, he finally succeeded. Pausing for a moment to catch his breath, he was about to continue his journey when something caught his eye. It was in the sunken area where the boulder had been. Bending down for a closer look, he discovered a purse. Inside was a note from the king saying that whoever moved the boulder from the road could have the gold coins that were in the purse.

- Aesop's Fable


Ouh la la j'entends les critiques... je parle pas anglais moi... Don't Worry je vais traduire...

Il y a longtemps un roi mis un gros rocher en travers d'une route principale pour tester si quelqu'un allait prendre le temps, et faire l'effort de le retirer.

Beaucoup des plus grands marchands du royaume virent le rocher et le contournere. Beaucoup crtiquerent le roi pour ne pas degager la route mais aucun ne fit la moindre action pour liberer la route de son rocher.
C'est alors que vint a passer un paysan qui portaient ses legumes sur le dos. Lorsqu'il arriva au rocher, il posa son fardeau, et tenta de retirer le rocher pour le mettre sur le cote.
Apres maintes efforts, il y arriva. Il allait poursuivre son chemin lorsque quelque chose lui sauta au yeux. il decouvrit une bourse, et dans celle-ci il y avait un mot du roi disant que quiconque enleverai le rocher pourrait avoir les pieces d'or contenues par la bourse...

Bon ma traduction est pas geniale mais je pense juste...

Cette petite histoire montre, je crois une des plus grande difference culturelle entre la France et les Usa. le aide toi le ciel t'aidera...

Hier soir nous recevions nos voisins de gauche, enfin de la gauche de la maison, Dick et Margareth avec leur fille Laura. Ils sont adorables et nous ont beaucoup aide lorsque nous avons eu nos ennuis pour le credit. Dick est professeur de dessin et peintre, et Margareth agent immobilier. Ouais et ou veut elle en venir ?

Juste au fait que Dick a 79 ans et que Margareth en a 77 et qu'ils bossent comme des dingues. Et ce n'est pas par plaisir - surtout dans le contexte du marche immobilier actuel - ils sont tres fatigues et cette fatigue s'inscrit sur leur visage, et dans leur corps...
Ils nous demanderent comment cela se passait en France pour les impots, la couverture maladie, la retraite... Et nous ont explique leur situation... avant 1980 il n'existait pas de regime de retraite obligatoire, et les plans volontaires etaient chers et quelquefois peu fiables car tributaires des fluctuations des marches.
Donc peu de gens les prenait, et lorsqu'ils arrivent au moment de la retraite ils n'ont rien et doivent continuer de bosser, jusqu'a la mort... non je me dramatise pas. L'autre jour au supermarche c'est une dame de 75 ans qui mettait mes courses dans les sacs. j'avais un gallon de lait relativement lourd, elle galerait pour le prendre, alors je lui ai dit que j'allais le faire, elle me repondit que c'etait son job et qu'elle en avait besoin pour vivre, la mort dans l'ame et le rouge au frond je la laissais faire...
Pour la sante c'est la meme chose. T'as pas d'argent t'es pas soigne... enfin si car les carricatures d'on laisse les gens sur le trottoir des hopitaux n'est pas reelle. Mais l'assurance peut refuser un traitement, pourtant vital, car trop cher. ( il y a le cas d'une dame a l'ecole qui n'a plus ses pillules contre ses allergies car sa mutuelle est en bisbille contre le labo, et le labo a l'exclusivite...)Ou certaines mutuelles ne remboursent pas des traitements contre le cancer car l'esperance de vie n'est pas suffisante.

En adepte de la repatition pour la retraite et plus largement de la solidarite en terme de choix de societe, je suis choquee. Puis je creuse...

Dick nous dit que l'heritage historique de la construction des Usa est tout entier contenu dans cet facon de voir. L'individualisme est roi, le choix de n'etre concerne que par soi est la regle, si tu ne prends pas tes precautions tant pis. C'est l'heritage d'une nation nouvelle, fraichement cree - pour un historien 300 ans c'est peanuts - et batie par des aventuriers au sens noble du terme. Et c'est bien connu les aventuriers sont par principe, des gens qui prennent des risques...

Mais alors me direz-vous les americains sont des gens replies sur eux-meme et qui laissent leurs concitoyens moins fortunes dans la mouise ?

Non, car le tissus associatif caritatif est tres important. on ne compte plus les soirees de charite pour recolter des fonds, les dons sont entierement deductibles des impots, et les preches des ministres du culte exhortent les fideles a donner et surtout a s'impliquer. Dichotomie bizarre, mais interessante. On donne pour l'autre mais on choisi l'autre, on ne donne pas en general...

Laura reve de notre societe francaise ou la solidarite est la loi, et elle reve de payer autant d'impots qu'en Suede ou en Norvege, pour que des gens comme ses parents puissent vivre decemment dans avoir a travailler jusqu'a la mort.

10 commentaires:

Ariana Lamento a dit…

excellent billet, Nath, et si juste. Ca me choque aussi, de voir ces personnes aux cheveux blancs ranger mes courses.
et le pourcentage enorme que je place, chaque mois, pour ma retraite. Une autre façon de voir la vie.

Alberte a dit…

Et pourtant des milliers de français "acceptent" le délitement de leur retraite future. J'en veux pour preuve tous ces jeunes qui disent "pour moi la retraite, je n'y crois pas, je n'aurais rien, il faudra que je bosse très longtemps et il vaut mieux que je me la prépare par des placements". Et ceux dont les revenus mensuels sont trop justes pour envisager cette possibilité ? Pourquoi baisser les bras plutôt que de se battre ? L'utopie n'a plus droit de citer ? Et le collectif solidaire dans tout ça ?
Je vais donner l'adresse de ton blog à mon ami Alain qui lui-même a un blog "angle de vue angle de vie" car il pourra relayer des articles tel que celui-ci qui met en lumière les ravages de certains choix politiques et qui peut permettre la prise de conscience : "il est plus que temps d'obliger nos politiques à faire les choix qui sont bons pour chacun d'entre nous même s'ils ne sont pas l'idéal pour leurs copains/coquins des assurances privées.
Bisous.

veronique a dit…

J'ai eu peur et c'est une bonne idée, le texte en anglais, pour les nulles comme moi, un petit exercice cela ne fait pas de mal, surtout avec le traduction ensuite..merci...
j'ai toujours pensé que nous n'avions rien à envier aux américains quant à leur système de retraite, de santé..et je suis encore plus affolée quand je vois qu'en ce moment on fonce à fond dans ce modèle, que notre gouvernement remet tout en cause, c'est dur dur...et ce qui fait le plus mal c'est que les gens ont voté pour ce changement là...Bon allez il faut continuer la lutte comme on peut et ne pas perdre espoir...bon dimanche à tous et à toutes..

Alain Malault a dit…

Alberte, notre amie, m'informe de votre blog et pense que j'aurai de l'intérêt pour nombre de vos chroniques et pourrai en faire écho dans les colonnes de mon Blog personnel.

J'ai lu avec un véritable intérêt les archives des deux derniers mois. Votre vision et vos témoignages sur les USA sont à la fois critiques et sensibles et offrent un reflet utile car non caricatural de la société Américaine. Si vous en êtes d'accord je publierai de temps en temps vos posts les plus informatifs dans les colonnes de "Angle de vue, angles de vies : "http://angledevue.typepad.com/angles_de_vies/

Mireille a dit…

Et oui et les exemples comme tes voisins sont nombreux. Le pire que j'ai vu, il y a quelque jours, c'est dans un MaCDo, où 2 personnes âgées mais vraiment âgées, plus de 80 ans, essuyaient les tables et balayaient, l'une d'elle marchait avec une canne, et l'autre semblait avoir la Maladie de Parkinson à un stade assez avancé...
Mon mari a été suplié, un jour, par une personne pour qu'il la laisse reprendre son travail, alors qu'elle avait une jambe, un bras platrés et un bandage sur un oeil, elle venait d'avoir un accident de voiture....
Cela donne à réfléchir.

Mary a dit…

Coucou Nath,

I'm back et toujours beaucoup de plaisir a te lire!
Si il est bien quelque chose a quoi je ne me ferai jamais, c'est au fait que de vieux messieurs rangent mes courses au supermarche! Je ne sais jamais d'ailleurs, s'il faut donner ou pas un pour boire, je deteste rester les bras ballants a ce moment la!
En ce qui concerne l'individualisme, principe fondateur des EU, ca m'a amene a la conclusion suivante: Comment pourront-ils un jour se sentir concernes par l'environnement si ils ne supportent pas de consequences directes de leur comportement?

nathinphoenix a dit…

Par l'economie ma chere, par l'economie... lorsque le prix du gallon depassera les 6 $ les americains seront les champions des nouvelles technologies alternatives.
Et en plus ils donneront des lecons aux autres !

Ariana Lamento a dit…

c'était pour répondre à celui d'après.
je te fais des bises

Corinne a dit…

Tres bien ton billet Nath.
C'est bien triste en effet de voir des personnes agees etre obligees de travailler pour survivre.

J'elargis le debat si tu le permets, je remarque que les seniors sont plus valorises ici qu'en France, dans le sport (j'ai assiste a la finale US de tennis senior, tu me diras ceux la ne travaillent certainement plus), a l'ecole des enfants et meme dans l'entreprise.

Alors qu'en France c'est carrement galere de retrouver du travail apres 50 ans voire mission impossible. Nous les poussons vers la sortie au lieu de profiter de leurs experiences...
La difference culturelle est la aussi.

nathinphoenix a dit…

C'est tres vrai Corine, et une de mes peurs en venant aux states etait que si je rentre dans 5 ans en france je ne serai certainement plus employable si les mentalites ne changent pas... et que dire de faire travailler plus longtemps... mes stagiaires de 55 ans en seraient heureuses mais elles sont trop usees pour cela !