15 déc. 2009

Phoenix mon amour



Cette ville qui est devenue la mienne, j'en suis tombee amoureuse au premier regard. En roulant depuis l'aeroport jusqu'a l'hotel, j'ai ete surprise par cette architecture sobre, basse, et ces jardins de cailloux plantes de cactus et de saguaros majestueux.


Mais je fus aussi choquee de voir tant de pelouses, de golfs, de plans d'eau, de lacs, et ces lotissements ou on va a la boite aux lettres en bateau.


Mais c'eatait parce que je ne savais pas qu'aux Etats-unis, rien n'est si manicheen, il y a comme souvent, sous les dehors de l'opulence et de la demeusure, du pragmatisme et de la gestion. Que les amerlocs ont l'art de rendre l'utile "fun", et/ou rentrable.

Phoenix est une heresesie ecologique. Ville de 5 millions d'habitants, construite au beau milieu de nulle part. Un nul part aride, sec, hostile, peuple d'animaux pas tres sympas avec les humains : le desert de Sonoran.



Scorpions dans la sucette
mon fils n'est pas encore
un animal dangeureux

La colline du jardin botanique

Les colonisateurs de l'ouest d'ailleurs le savaient, puisqu'arrives en Californie, ils s'empresserent d'oublier la ville de Phoenix, qui ne renaitra que lorsque la ruee vers l'or aura decourage nombre d'entre eux.

A cette epoque deux villes dominent l'Arizona, Phoenix au nord, dans la plaine plate du "piemont" des Supersticious mountains, et Tucson (prononcez tousone, pour pas faire plouc) au sud, entoure par les catalina mountains.
La seconde a l'humidite des montagnes, et une temperature plus clemente en ete, et la premiere a deux rivieres, la salt river et la verde river, et un acces privilegie au fleuve Colorado.
Jusque dans les annees 50 Tucson se developpe plus et plus vite que Phoenix, mais l'avenement de l'air conditione, fera de Phoenix la ville qui croitra le plus vite : jusqu'a 12 % par an. Parce que disposant de plus de terres plates et casi-donnees.

De bourgade Phoenix deviendra LA ville qui compte aux sud, et l'embleme du developpement de la sunbelt des annees 70-80...

Mais reste un probleme crucial : l'eau.


Riviere du nord de Phoenix durant la mousson

La population veut des piscines, on ne peut pas etre un centre de business sans golfs, et les recreation times necessitent des parcs.

Sauf que pour ca faut de l'eau et avec en moyenne 10 jours de pluie par an, c'est pas gagne...


Entree du musee de downtown Phoenix
qui compte 180 musees


Alors on urbanise. Tous les quartiers sont construits avec une pente de deversement pour recolter l'eau de ruissellement des orages violents qui ne penetre pas dans le sol dans des parcs avec des lacs, ou des canaux.

Tout ou partie des eaux usees - ca depends de la richesse de la ville - sont retraitees pour arroser les golfs. On developpe la summer grass, une graine issue de l'afrique sahelienne, qui n'est verte qu'avec la chaleur et ne necessite que peu d'eau - en ete j'arrose la nuit 20 minutes avec des 45 dc en journee - et a sous couche racinaire qui protege de la deshydratation la terre.


Mon jardin avec summergarss en ete

L'objectif des 10 prochaines annees est de passer de 7 % d'eau recyclee a 30 % pour preserver les reserves d'eau potables des nappes phreatiques du sous-sol.

Bien-sur, des canaux prenant l'eau du colorado, sont construits, et ce pauvre fleuve qui doit abreuver l'Arizona, mais surtout la Californie, n'arrive meme plus a la mer au Mexique. Il est effrayant de savoir que 53 % de l'eau consommee vient des fleuves et rivieres d'un desert.
Des projets pharaoniques de construire des aqueducs depuis les grands lacs au nord pour acheminer l'eau jusqu'au sud voient regulierement le jour. Mais comme le dit le comte d'escampette, les canadiens veillent et ne laisserons pas faire.

Comme toujours le plus grand ennemi de l'ecologie c'est le developpement, et l'industrialisation. Mais Phoenix exploite ses deux atouts majeurs, pour se developper vite mais en respectant autant que faire se peut, la nature environante. Par sa proximite de la Californie, sa douceur de vivre, et sa culture (si si si) et sa stabilite tectonique il devient un centre de relocalisation des datas center de beaucoup d'entreprises. Et donc un centre de developpement informatique avec des boites telles que Intel.




L'autre point nevralgique da la green croissance c'est le solaire.


First Solar, St Gobain, ont installe des bureaux d'etudes qui fonctionnent a plein regime et 2010 verra des initaitives intelligentes pour permettre aux particuliers de produire leur propre energie photovoltaique.
Les operateurs d'electricites ont compris que les toits des maisons etaient la pour offrir des milliers de KWS. Alors ils louent les toits. On peut laisser SRP ou APS installer des panneaux solaires, recuperer les watts produits, contre un loyer. Charge a l'operateur de faire la maintenance. Triple avantage : pas a payer les frais d'installation (environ 18 000 $ avec credit d'impot), a maintenir l'installation (en ete certains panneaux fondent s'ils sont de qualite moyenne), et ca aide a payer une bonne partie du credit de la maison. Pour le moment les etudes ont ete lancees, mais Phoenix se lance a fond dans le projet en investissant une partie des dollars du bailout.


Lors d'une tempete de sable


Alors l'amerique change, elle a compris que l'environnement est la clef de demain et que la croissance sera verte ou ne sera pas.
Je suis socialement plus proche de dire que la decroissance et la sobriete serait une solution plus juste pour l'ensemble de l'humanite, mais je crois malheureusement que nous sommes alles trop loin pour faire la route a l'envers.

Parce que Phoenix est aussi la seconde ville au monde apres Mexico pour les enlevements crapuleux.
Le developpement de la pauvrete a explose depuis deux ans.

C'est comme ca l'amerique, on n'arrive pas tout a fait a l'aimer inconditionellement, ni a la detester franchement... c'est penible !!!!!!




Bises de Nath qui a de nouveau chaud !

7 commentaires:

Montana a dit…

Très bon billet, j'aime bien. Tiens, la première photo me fait penser à la main de "Touche pas à mon pote". Autrement, tu crois que tu aurais une "chance" d'être enlevée contre espèces sonnantes et trébuchantes ?

Elo a dit…

Très intéressant comme billet, a faire lire par bon nombre de français anti americains ;)

Tout est dans ta dernière phrase, et c'est que je répète tout le temps quand on me demande si j'aime le pays dans lequel j'ai choisi de vivre. Quant a la question "pourquoi?" c'est bien plus complique et souvent on pense que je rejette mon pays alors que pas du tout. Il y a du bon et du mauvais partout.

Au fait moi aussi j'ai de nouveau chaud cette semaine, chouette!
biz

Sissi qui a froid a dit…

ah j'aime bien ta derniere phrase!
je veux bien venir en AZ pour me faire enlever par Benicio del Toro, bon d'accord il est pas mexicain mais c'est tout comme.

Homéo a dit…

ben j'ai cherché et j'ai pas trouvé la mention "article sponsorisé" ;)

Yibus a dit…

bien bien.

nathinphoenix a dit…

@ Montana : merci. Pour l'enlevement je suis tellement chiante qu'ils paieraient pour me liberer...

@ Elo : oui les choses sont plus compliquees, et beaucoup de gens ne pardonnent pas de ne plus etre ethno-centree...

@ La marquise des anges : Contre un gros cachet il acceptera surement, mais meme sans ca t'es la bienvenue en AZ...

@ Homeo : et oui ma brave dame, les fins de mois sont difficiles pour tout le monde...

@ Yibus : c'est du lard organic ou du cochon bio ?

Sandrine a dit…

bravo! j aimerais bien ecrire un billet semblable sur Miami mais je n'aime pas trop ma ville en fait. il n'y a rien de vraiment bien à dire dessus, sauf qu'il y a le soleil et la plage. je devrais peut etre faire un billet sur ce qu'il y a de mal! La principale raison pour laquelle je suis a Miami est le climat....